Macérat de Calendula

Publié le par Françoise

Si vous me lisez régulièrement vous savez que j'aime beaucoup les macérats, en particulier ceux avec des plantes ou fleurs que l'on trouve aisément dans son environnement.

Ici j'ai fait un macérat de Calendula, autrement dit de souci, cette fleur jaune ou orange que l'on cultive facilement dans son jardin. On peut aussi acheter les fleurs séchées en pharmacie, magasin bio.

J'ai choisi pour ma part d'en planter quelques pieds dans mon jardin, et j'ai cueilli les fleurs quand elles commençaient à faner un peu.

Pourquoi faire un macérat de Calendula? C'est qu'il a de nombreuses propriétés ! 

Les voici d'après le site Aroma'Zone :

  • Anti-inflammatoire puissant, le macérât de Calendula est capable de diminuer de manière très importante l'œdème et la congestion intervenant suite à une brûlure.
  • Antioxydant, il protège de la dégénérescence cellulaire et capte les radicaux libres à l'origine du vieillissement prématuré de la peau.
  • Cicatrisant, il favorise la régénération du tissu cutané altéré.
  • Adoucissant et assouplissant, il apporte douceur et élasticité à la peau.

Assez de vertus pour que ce soit intéressant non? 

Les indications de façon plus précise :

  • Irritations cutanées, gerçures, crevasses, engelures, petites plaies, feu du rasoir
  • Psoriasis, eczémas, ulcères, plaies de lit
  • Brûlures, coups de soleil, radiothérapie (éviter l'application 12 heures avant la séance)
  • Douleurs, démangeaisons, urticaires, piqûres d'insectes
  • Peaux fragiles et délicates (bébés, enfants...)
  • Peaux qui tiraillent, peaux réactives
  • Peaux sèches, rugueuses

Préparation :

  • Comme pour tous les macérats huileux de fleurs, on fait sécher les fleurs quelques jours.

  • Quand elles sont bien sèches, on met les fleurs dans un bocal et on les recouvre d'huile de son choix (tournesol par exemple). J'ai choisi l'huile d'amande douce qui a elle-même déjà une action apaisante et adoucissante. Elle est conseillée aux peaux sèches, fragiles et délicates, irritées, brûlées...

  • On peut mettre quelques gouttes de vitamine E pour une meilleure conservation.
  • On ferme le bocal et on laisse macérer 4 à 6 semaines à température ambiante, à la lumière mais pas directement au soleil. On remue doucement le bocal régulièrement.
  • On filtre.

 

 

 

J'ai filtré après un mois et demi. Un chinois convient très bien pour l'opération.

On peut appuyer avec le dos d'une cuillère sur les fleurs pour extraire un maximum de macérat.

 

  • On met une étiquette sur le bocal (contenu, date de préparation).

Voilà un macérat tout doux, bien utile pour soigner les petits bobos de l'été, mais aussi bien d'autres (◠‿◠) 

 

Publié dans Ingrédients, Corps

Commenter cet article

Angelilie 22/06/2017 15:40

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir. N"hésitez pas à visiter mon blog. lien sur pseudo. à bientôt

Viv25 20/06/2017 16:17

Super de récupérer en plus les fleurs de son jardin ! Ça donne d autant plus envie de faire ses macérâts ☺ en ce moment je fais reposer des pétales de coquelicots. ..trop hâte de voir le résultat

Françoise 24/06/2017 10:33

Bonjour,
C'est un vrai plaisir oui (◠‿◠)
Je n'ai pas encore essayé avec les coquelicots... Un jour peut-être ^^^